Skip to content

Image de la colonne XXI du papyrus de Derveni

Présentation

Accueil > Présentation

Historique.

L’Institut d’histoire de la philosophie, Équipe d’accueil du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a été fondé en 1969 par Louis Guillermit et dirigé par lui jusqu’à sa disparition en 1982. Initialement, et sous l’impulsion de Louis Guillermit, l’Institut d’histoire de la philosophie se proposait de fournir un cadre de travail commun aux étudiants et aux professeurs afin de stimuler les activités de recherche et de formation. De 1982 à 1998 l’Institut d’histoire de la philosophie (EA 855) a été dirigé par Gérard Lebrun, Professeur à l’Université de Provence (Aix-Marseille 1). 

En janvier 2000, l’Institut d’histoire de la philosophie devient l’E.A. 3276 et est dirigé depuis lors par Alonso Tordesillas, Professeur à l’Université de Provence (Aix-Marseille 1). Il est dirigé, depuis le 1er septembre 2019, par Isabelle Pariente-Butterlin, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille. 

the-thinker-489753

Missions.

…tant dans le cadre universitaire qu’en collaboration avec les autres institutions de recherche nationales et internationales.

L’Institut d’histoire de la philosophie dans son pôle d’Histoire de la philosophie ancienne constitue à ce titre un pôle national décentralisé qui développe ses spécificités par l’interrogation des textes et de leur contexte philosophique, par l’examen des problèmes philologiques, historiographiques, linguistiques qu’ils posent, par l’analyse de leur arrière-fond politique, religieux et esthétique, tout en étudiant leur réception dans l’histoire.

Le Séminaire d’Histoire de la philosophie ancienne se tient un mercredi par mois. Le Séminaire regroupe des conférences données par des membres de l’Institut, des spécialistes français ou étrangers et réserve certaines de ses séances aux jeunes chercheurs.

Le Séminaire mensuel d’Histoire de la philosophie ancienne rassemble les membres de l’Institut spécialisés en histoire de la philosophie ancienne. Il est ouvert aux enseignants-chercheurs de l’Université, aux chercheurs du C.N.R.S., aux collègues et aux élèves des ENS. Il est également ouvert aux professeurs de l’enseignement secondaire et des classes préparatoires qui poursuivent des recherches et/ou préparent des thèses de doctorat, l’Institut d’histoire de la philosophie étant particulièrement attaché à maintenir un lien étroit entre la recherche d’histoire de la philosophie ancienne développée dans son cadre et l’intérêt qu’elle rencontre chez les professeurs de l’enseignement secondaire et des classes préparatoires aux Grandes écoles. Le Séminaire d’histoire de la philosophie ancienne est ouvert aux étudiants. Plus particulièrement destiné aux doctorants dans le cadre de la formation à et par la recherche, il est également ouvert aux étudiants de Master et aux meilleurs des étudiants de dernière année Licence. La rencontre entre des conférences spécialisées et un auditoire diversifié est une expérience largement positive. Les étudiants mis au contact d’une recherche vivante de pointe sont ainsi amenés à accomplir un effort dont ils tirent un large bénéfice. En fonction de leurs disponibilités, les conférenciers invités réservent, hors séminaire, des plages horaires pour recevoir les étudiants qui effectuent leur recherche dans le domaine de la philosophie antique.

L’Institut d’histoire de la philosophie dans son pôle d’Histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine a pour spécificité d’étudier les textes classiques et modernes dans leur rapport aux problématiques et aux interrogations les plus contemporaines.

Le Séminaire d’Histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine, connu sous le nom de SEMa, se tient une fois l’an et a pris jusqu’à présent la forme de Journées de doctorants autour de thématiques communes. Les séances de ce séminaire permettent aux doctorants de présenter leurs travaux et leurs recherches. Il rassemble les membres de l’Institut spécialisés en histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine. Il met ainsi les doctorants au contact direct de la recherche la plus spécialisée des membres de l’Institut en histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine. Cette expérience est largement positive. A partir de 2011, le SEMa tiendra son séminaire de manière plus périodique et invitera des conférenciers extérieurs.

Le Groupe d’études fichtéennes organise des Rencontres régulières sous la forme de Journées d’étude en collaboration avec les institutions nationales et internationales spécialisées dans ce domaine de recherche.

L’Institut d’histoire de la philosophie en réservant certaines séances de son Séminaire mensuel d’Histoire de la philosophie ancienne à des conférences données par des jeunes chercheurs et en instituant par le Séminaire d’Histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine un lieu de rencontre de doctorants qui se retrouvent également dans les Rencontres du Groupe d’études fichtéennes favorise ainsi la reconnaissance par la communauté scientifique nationale et internationale des jeunes chercheurs qu’il intègre à la recherche vivante et met au contact de spécialistes consacrés.

L’Institut organise occasionnellement des séances de présentation de travaux en cours permettant de faire connaître les travaux de chercheurs accueillis par l’Institut à titre temporaire ou présents en France pour des séjours limités. Il envisage d’institutionnaliser ces séances en les rendant plus régulières et en les ouvrant à de jeunes chercheurs étrangers ou français désireux à un moment ou à un autre de structurer leur recherche en la mettant à l’épreuve de la discussion libre.

Certains chercheurs membres de l’Institut organisent en outre, dans les locaux de l’Université ou à l’extérieur, des rencontres concernant leur propre domaine de recherche.

Unité de recherche.

Constituendi autem sunt qui sint in amicitia fines et quasi termini diligendi. De quibus tres video sententias ferri, quarum nullam probo, unam, ut eodem modo erga amicum adfecti simus, quo erga nosmet ipsos, alteram, ut nostra in amicos benevolentia illorum erga nos benevolentiae pariter aequaliterque respondeat, tertiam, ut, quanti quisque se ipse facit, tanti fiat ab amicis.

Constituendi autem sunt qui sint in amicitia fines et quasi termini diligendi. De quibus tres video sententias ferri, quarum nullam probo, unam, ut eodem modo erga amicum adfecti simus, quo erga nosmet ipsos, alteram, ut nostra in amicos benevolentia illorum erga nos benevolentiae pariter aequaliterque respondeat, tertiam, ut, quanti quisque se ipse facit, tanti fiat ab amicis.

Constituendi autem sunt qui sint in amicitia fines et quasi termini diligendi. De quibus tres video sententias ferri, quarum nullam probo, unam, ut eodem modo erga amicum adfecti simus, quo erga nosmet ipsos, alteram, ut nostra in amicos benevolentia illorum erga nos benevolentiae pariter aequaliterque respondeat, tertiam, ut, quanti quisque se ipse facit, tanti fiat ab amicis.

Domaines de recherche.

  • Étude des textes de la tradition : réception et interprétation.
  • Établissement des textes, éditions critiques et traduction de textes anciens, philologie philosophique et histoire des textes, études lexicales et sémantiques.
  • Confrontation avec les nouveaux outils de lecture des textes.
  • Enjeux philosophiques des traductions dans le cadre des transmissions historiques et des transpositions philosophiques en histoire de la philosophie.
  • Exégèse des textes dans la construction et la reconstruction des traditions philosophiques.
  • Étude des controverses et des techniques argumentatives en régime persuasif ou non dans leur rapport aux questions morales et politiques ou non.
  • Étude des textes de la tradition : réception et interprétations contemporaines.
  • Étude de la persuasion et de la théorie de la démocratie.
  • Étude des figures de la conscience et de la personne.
  • Théorie des propriétés, des formes et des objets dans le champ métaphysique de Clauberg et Descartes jusque David Lewis.

Structures et organisation.

  • Par l’étude des textes de la tradition, de leur réception et de leur interprétation.
  • Par l’étude du contexte (culturel, politique, religieux, esthétique, etc.) dans lequel s’élaborent ces textes, des types d’argumentation qu’ils utilisent et des concepts qu’ils mettent en place.
  • Par l’analyse du statut des ruptures et des continuités dans l’histoire des concepts, de l’histoire même des usages des notions de période, d’héritage, d’influence, de transmission, par l’examen de la pertinence des méthodes mises en oeuvre par les historiens de la philosophie eux-mêmes, ou de l’usage de la notion de « précurseurs ».

Techniques et méthodes des discours philosophiques.

Étude de l’élaboration de la tradition philosophique appelée occidentale à partir des rapports complexes qu’entretiennent dans leur histoire philosophique les oeuvres, les doctrines, les systèmes, les méthodes, avec ce qui les précède, ce qui leur est contemporain et leurs perspectives d’avenir.

  • Dans quelle mesure la philosophie peut se définir à partir de sa forme discursive (et non à partir de ses objets), notamment contre d’autres types de discours prétendant au vrai.
  • Dans quelle mesure ce discours se laisse formaliser soit de manière descriptive, soit de manière normative.
  • Évaluation des performances de ce discours par rapport aux objectifs qu’il se fixe.

L’enquête est menée dans une perspective historique dont le centre est la discipline du discours philosophique.