Isabelle PARIENTE BUTTERLIN

Je dirige l’I.H.P. depuis septembre 2019.
Mes recherches portent, de manière générale, sur l’éthique, la méta-éthique, la métaphysique et la réalité virtuelle. J’ai publié en 2014, aux Presses Universitaires de Besançon, Donner des raisons morales. Problèmes de l’éthique kantienne. Mon dernier ouvrage La réalité d’internet. Philosophie de l’espace connecté est paru en novembre 2018 aux éditions Le bord de l’eau.
J’ai animé en 2017-2018 un séminaire mensuel sur le vague, qui a donné lieu, les 09 et 10 avril 2018, à deux journées de recherche « Le vague en question », co-organisées avec Benoit Gaultier, Président du Groupe de recherche en épistémologie, Collège de France. J’ai coordonné avec Christine Noël-Lemaître, projet inter-disciplinaire qui interroge les liens entre les représentations du vieillissement et les normes sociales et les pratiques à l’égard des personnes identifiées comme âgées. Je participerai en août 2018 au colloque de la Société Internationale d’Ergologie, à Brasila. Ce projet a reçu la labeliisation CRISIS-Initiative de la Maison de la Maison de la Recherche en avril 2018. Il a donné lieu à un séminaire mensuel en 2018-2019.
J’ai co-organisé, avec Christine Noël-Lemaître (I.H.P.) une journée de recherche « L’histoire de la philosophie en situation : Philosophie et ‘matières étrangères’, prévue le 15 mai 2018 à Aix-Marseille Université (avec le soutien du département de Philosophie d’Aix-Marseille Université). Une journée sur « Modes d’être, degrés d’être » co-organisée avec Guillaume Bucchioni, a eu lieu le 10 avril 2019. Je suis intervenue sur une question lors du colloque d’octobre 2018 organisé au Collège de France, par la chaire de métaphysique du Professeur Claudine Engel-Tiercelin ; ma communication est en ligne ici et sera publiée en 2019. En 2019, j’organise à Aix-en-Provence les 7èmes Journées de méta-éthique sur le thème de L’erreur morale les 31 mars, 1er et 2 avril 2019.

Domaines de recherches :
– philosophie pratique : philosophie de l’action (rationalité pratique, cohérence, non-contradiction), éthique, droit, en particulier philosophie pratique kantienne, philosophie des normes et des valeurs, méta-éthique ;
– métaphysique et ontologie : objet vaguer, dispositions, identité personnelle et Identity Studies, agentivité, mondes possibles ;
– philosophie analytique

Dernières publications :
– Chapitre d’ouvrage sur la métaphysique, Les principes métaphysiques, dirigé par Alexandre Declos et Jean-Baptiste Guillon (Collège de France éds.) en ligne ici
– Chapitre d’ouvrage sur la méta-éthique, Raisons : La question méta-éthique : autour de l’œuvre de John Skorupski, dirigé par Bruno Langlet et Jean-Maurice Monnoyer
– Numéro sur l’autogouvernement, numéro de la revue Sens public, dirigé par Joëlle Zask en ligne ici
– Numéro sur Parfit, numéro de la revue Klesis, dirigé par Yann Schmitt en ligne ici

Bureau 2.23 / sur rendez-vous (me contacter par mail)

Michèle ARNAUD – « Deipnon contre symposion, nourriture contre discours »

Abstract Michèle Arnaud (1)

Je vais vous présenter aujourd’hui une partie du travail de recherches que j’effectue pour la rédaction de ma thèse.

Le sujet que j’ai choisi s’intitule « La place de l’alimentation dans les doctrines philosophiques en Grèce antique », travail à partir du livre de Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes antiques. Ce que j’espère démontrer comportera plusieurs volets.

Je voudrais tout d’abord établir l’ancienneté de la préoccupation des hommes vis-à-vis de la nourriture. Puis, je montrerai ou du moins j’essaierai de montrer, que les hommes, privés de la commensalité dans laquelle ils vivaient avec les dieux, n’auront de cesse, désormais, que de leur offrir à chaque et à toutes les occasions de festoyer, des sacrifices, d’abord constitués de blé, de gâteaux, de fruits frais et secs puis, peu à peu, les sacrifices deviendront presqu’exclusivement sanglants.

Tous les philosophes ont peu ou prou abordé le sujet de la nourriture, que ce soit pour donner des règles strictes des produits à consommer, Pythagore et le végétarisme, ou pour s’interroger sur la consommation de viande, par exemple, Plutarque et son interrogation « Manger chair et en quantité est-il une obligation des hommes ».

Enfin, je terminerai en mettant en parallèle les banquets, des Sages, celui de Xénophon et celui de Platon. Nous verrons qu’il est dit dans le banquet des Sages par exemple, que la présence de belles et intelligentes personnes était à privilégier plutôt que l’excès de nourriture. Dans le banquet de Lucien ou rapporté par lui, les philosophes s’adonnent, devant les convives médusés, incrédules puis moqueurs, à des invectives et batailles à propos de la taille des morceaux qui leur sont attribués, donnant ainsi à réfléchir sur la définition de ce qu’est un vrai banquet avec de belles personnes…

Laura MOSCARELLI

Domaines et thèmes de recherche 

  • Histoire de la philosophie ancienne : des pré-platoniciens à la seconde sophistique ; la pensée grecque et son héritage philosophique, culturel, politique et juridique ;
  • Droit, politique et éthique en philosophie ancienne : les relations possibles entre vérité et justice et entre vérité, parole et pouvoir ; évolutions historiques et conceptuelles de notions telles que justice, loi, égalité, démocratie, rhétorique ;
  • Esthétique en philosophie ancienne : positions et contributions de la pensée grecque à l’histoire de la philosophie esthétique ;
  • Les sophistes ; Platon ; Aristote ; les pré-platoniciens ; les écoles post-aristotéliciennes ; la seconde sophistique.

Publications et travaux

Monographies

  • Livre : Antiphon d’Athènes et l’antidogmatisme philosophique et juridique, Préface par Michele Corradi, Paris, L’Harmattan, 2020 [137 pages].

Résumé : Antiphon n’a participé à la vie politique athénienne que pendant la très brève période du gouvernement des Quatre-cents, et a été condamné à mort après la prise de pouvoir par le peuple. Dans ses écrits, il valorise la physis et attaque explicitement et fortement le nomos, accusé de perpétuer les inégalités parmi les hommes. Pour cela, la tradition philosophique a souvent interprété la pensée d’Antiphon en clé antidémocratique, voire oligarchique. Cet ouvrage propose une autre lecture.

  • Livre : La parole de Protagoras d’Abdère. Fragments et témoignages, Paris, L’Harmattan, 2017 [135 pages].

Résumé : La parole de Protagoras mérite d’être réhabilitée et écoutée pour elle-même. Cet ouvrage propose une traduction du grec et du latin en français de la plupart des fragments et des témoignages que nous possédons. Une introduction historique et philosophique précède ces textes.

Chapitres d’ouvrages collectifs

  • Chapitre d’ouvrage : « Protagoras pédagogue : le logos au centre de la formation du citoyen libre » (Besançon, 2021), in Actes des journées d’études La fabrique du commun : langage, mémoire et éducation, Fédération de recherche de l’ESPE de Franche-Comté, Besançon (20 pages), Presses Universitaires de Franche-Comté, [manuscrit remis et accepté].

Résumé : Étude et reconstruction de la pensée de Protagoras ayant pour objectif de montrer sa puissance et sa valeur actuelles dans le domaine de l’éducation du citoyen.

  • Chapitre d’ouvrage : « Nomos et physis chez Protagoras et Antiphon » in Bruno Cany et Jacques Poulain (éds.), Recherches d’esthétique transculturelle, vol. II, Paris, L’Harmattan, 2016, pp. 289-303.

Résumé : Confrontation critique des pensées des sophistes Protagoras et Antiphon, qui ont toujours été considérées comme opposés, le premier étant démocratique et défenseur du nomos, et le second étant antidémocratique voire antipolitique.

  • Chapitre d’ouvrage : « Apologie passionnée de Protagoras d’Abdère. Pour la construction d’un dialogue authentique et humain » in Bruno Cany et Jacques Poulain (éds.), Recherches d’esthétique transculturelle, vol. I, Paris, L’Harmattan, 2013, pp. 55-71.

Résumé : Reconstruction « sans filtres » de la philosophie de Protagoras pour montrer que celle-ci est dotée d’une grande cohérence interne et d’une force d’argumentation : Protagoras est sans nul doute un véritable philosophe.

      Articles dans revues à comité de lecture

  • Traduction : « Sofoi, Sophistes : Philosophes », Cahiers de philosophie, 15, revue du département de Philosophie de l’Université Paris 8 Saint Denis, Éditions Hermann 2016, pp. 25-49.

Résumé : Traduction de l’italien en français de l’introduction au livre d’Enrico Moscarelli, Sofoi, Sofisti: Filosofi, Liguori, 2014, Napoli.

Communications dans le cadre de conférences, séminaires et colloques

  • « Aelius Aristide versus Platon : Sur la Rhétorique », dans le cadre du cycle de conférences intitulé Le dialogue philosophique : un dialogue entre textes, consacré à l’histoire de la philosophie ancienne, et organisé par l’Institut d’Histoire de la Philosophie d’Aix – 27 janvier 2021.
  • « Pourquoi ai-je écrit sur Antiphon d’Athènes ? Réflexions philosophiques suite à la parution de Antiphon d’Athènes et l’antidogmatisme philosophique et juridique (L’Harmattan 2020) », dans le cadre du séminaire commun de l’Institut d’Histoire de la Philosophie d’Aix – 21 janvier 2021.
  • « Antiphon et la laïcisation du nomos », dans le cadre du cycle de conférences organisé par le Centre d’études sur la pensée antique Kairos kai logos à Aix-Marseille Université – 10 avril 2019.
  • « Protagoras pédagogue : le logos au centre de la formation du citoyen libre », dans le cadre des journées d’études La fabrique du commun : langage, mémoire et éducation, organisées par la Fédération de recherche de l’ESPE de Franche-Comté à Besançon – 28 novembre 2018.
  • « Un dialogo immaginario tra Socrate e Antifonte », dans le cadre du séminaire organisé par la revue Porta di Massa à l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici de Naples – 15 mars 2016.
  • « Le sophiste Gorgias et le Gorgias de Platon : le problème de la communication de la vérité », dans le cadre du séminaire Anthropologie et esthétique transculturelles à l’Université Paris 8 Saint Denis – 18 février 2015.
  • « Utopies et projets politiques en Grèce. Le bien commun selon Platon et selon les sophistes », dans le cadre de la journée d’accueil des étudiants portant sur le thème de l’utopie, organisée par le département de Philosophie à l’Université Paris 8 Saint Denis – 25 septembre 2015.
  • « Nomos et physis chez Protagoras et Antiphon », dans le cadre du séminaire Anthropologie et esthétique transculturelles à l’Université Paris 8 Saint Denis – 5 février 2014.
  • « Les sophistes : une pensée minoritaire ? », dans le cadre du séminaire Réflexions Interdisciplinaires sur le Mineur organisé par les doctorants de Sorbonne Université – 7 juin 2014.
  • « Sur le relativisme. Protagoras versus Platon », dans le cadre du séminaire Anthropologie et esthétique transculturelles à l’Université Paris 8 Saint Denis – 17 avril 2013.