Skip to content

Dostoïevski philosophe

Proposition d'un sous titre (masqué en responsive) :

Organisation d'une journée d'études 

auteur

51049350_388538758360373_5890529667730898944_o-1

Date(s) :

5 avril 2019
Date

Contact :

christine.lemaitre@univ-amu.fr

Adresse :

Sale Colloque 1 Bâtiment multimédia
29, Avenue Robert Schuman
13100
  Aix-en-Provence

Type de production :

Lien :

Lien

Type de séminaire :

Séminaire d'histoire de la philosophie moderne

Auteur(s) / Organisateur(s) :

Auteurs IHP

Codification AERES :

AERES

Auteur(s) / Organisateur(s) :
(hors IHP) 

Auteur(s) Hors IHP

Unités de recherche :

Institution :

Institution

Année :

2019

Documents à télécharger :

Ajout fichiers

Mots clefs :

Mots clefs

Résumé ou Présentation

9h Accueil des participants
9h15 Ouverture de la journée
Dostoïevski et la philosophie
9h20-10h Ioulia Podoroga, Institut d’études avancées de Paris, docteur en philosophie, collaboratrice à l’Université de Genève
Peut-on parler de philosophie de Dostoïevski ?
10h-10h40 Isabelle Pariente Butterlin, Professeur Aix Marseille Université, IHP
L’addiction dans l’épaisseur concrète du réel. Autour du Joueur de Dostoievski.
10h40-11h Pause
11h00-11h40 Christine Noël Lemaitre, Maitre de conférences HDR Aix Marseille Université, IHP
Nietzsche lecteur de Dostoïevski
11h40-12h20 Pierre Lamblé, professeur agrégé en lettres modernes, docteur en littératures comparées, HDR.
Dostoïevski inspirateur de Levinas : la construction du Moi et de l’autre, questions d’identité, jeux de miroir, et découverte du « visage » dans le développement de l’éthique de la conscience dostoïevskienne.
12h30-14h Pause Déjeuner
14h-14h40
Natalia Pashkeeva, PhD en histoire et civilisation, CERCEC, EHESS
Le « vrai prophète » souffrant de la question de l’existence de Dieu : Fiodor Dostoïevski dans les écrits des penseurs religieux russes émigrés.
14h40-15h20 Layla Raid, Professeur de Philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne, CURAPP ESS UMR 7319
Wittgenstein, Dostoïevski et le souterrain
15h20-15h30 Conclusions et perspectives
Abstract des communications
Peut-on parler de philosophie de Dostoïevski ?
Par Ioulia Podoroga
En l’absence de tradition philosophique stricto sensu, c’est la littérature qui assume, en Russie, le rôle de réflexion critique sur la société et ses problèmes, et c’est également en son sein que surgit la question – si importante pour la Russie – de l’identité nationale. Oscillant entre la littérature et le sentiment religieux, la pensée se cristallise, vers la fin du XIXe siècle, sous la forme d’un courant qu’on appelle la « philosophie religieuse russe », inaugurée par Vladimir Soloviev. Proche de Soloviev et souvent mobilisé par les philosophes religieux, Dostoïevski devient vite une figure de référence non seulement littéraire, mais aussi philosophique. Ses romans se présentent comme un champ de bataille complexe entre plusieurs idées dont ses personnages sont les incarnations. Or, puisque cette mise en scène des idées s’opère sur le plan littéraire et non pas strictement philosophique, ce sont des idées-passions, idées-affects et non pas des idées « pures » (« rationnelles ») qui sont au centre de ses romans. Dans cet exposé, je me propose d’abord de revenir sur le processus de « philosophisation » de Dostoïevski dans la critique russe de l’époque. Je traiterai ensuite de la transformation littéraire des idées dans ses romans : la manière dont elles s’inscrivent dans le tissu du texte même, se conjuguent à des actions et des agissements des personnages, sont accompagnées d’un certain vocabulaire, etc.
L’addiction dans l’épaisseur concrète du réel. Autour du Joueur de Dostoïevski
Par Isabelle Pariente Butterlin
Dostoïevski, aussi bien dans le cours de son existence que dans un roman comme Le Joueur, a rencontré les situations d’addiction au jeu qu’il a décrites très finement. Je reviendrai sur la description qu’il en fait pour interroger les concepts par lesquels nous la saisissons dans le champ de la philosophie de l’action contemporaine et pour les mettre au regard de l’apport spécifique qui est celui de Dostoïevski. De manière générale, cela me permettra aussi d’interroger ce que la forme du roman permet de dire d’une situation dans la saisie de son épaisseur concrète et d’envisager le dialogue entre philosophie et forme romancée.
Nietzsche lecteur de Dostoïevski
Par Christine Noël Lemaitre
Une lecture rapide de l’œuvre de Nietzsche et de celle de Dostoïevski procure le sentiment d’une étrange familiarité entre ces deux auteurs. Cette proximité est soulignée dès 1926 par Léon Chestov (Philosophie de la tragédie : Dostoïevski et Nietzsche, traduit en français par B. de Schloezer, Paris, Schiffrin). Pourtant, si la lecture de Dostoïevski par Nietzsche a suscité une effervescence dont le philosophe allemand témoigne dans sa correspondance, semblable à celle qui peut naître de la rencontre d’une âme sœur, Nietzsche emprunte en réalité très peu de choses à la pensée du romancier russe. Sa découverte de Dostoïevski date d’ailleurs de 1887, date à laquelle la pensée de Nietzsche est largement élaborée. L’objet de cette communication est de clarifier le rapport de Nietzsche à Dostoïevski en précisant la nature concrète des emprunts du philosophe allemand au romancier russe et en restituant l’influence réelle de Dostoïevski sur ce penseur du sous-sol.
Dostoïevski inspirateur de Levinas : la construction du Moi et de l’autre, questions d’identité, jeux de miroir, et découverte du « visage » dans le développement de l’éthique de la conscience dostoïevskienne
Par Pierre Lamblé
La question de la construction du moi structure l’évolution de la pensée morale de Dostoïevski, à partir de son roman Le Double, dans lequel l’autre est d’abord pensé comme un autre moi-même, avec lequel le moi entre en concurrence frontale, jusqu’à son autodestruction. Cette thématique du double se développe en particulier dans L’Idiot, avec la concurrence que se livrent Rogojine et le prince Muichkine pour la possession de Nastassia. Mais dans les deux petits romans La Douce et Le Songe d’un homme ridicule, Dostoïevski découvre l’autre comme réellement autre, irréductible à un genre auquel il appartiendrait au même titre que le moi, et la relation entre le moi et l’autre prend le pas sur la question de l’identité réelle du moi. Ce qui se met à exister, prioritairement à moi, c’est la relation à l’autre. Dostoïevski jette ainsi les bases d’une éthique fondée sur une transcendance de la relation qu’il va exposer ensuite de manière plus complète dans Les Frères Karamazov ; la découverte du visage de son ordonnance qu’il a giflée ouvre la pensée de Zosime sur l’infini de l’autre et d’Autrui, lui fait abandonner l’idée de la liberté comme expression spontanée de l’ipséité, pour la redécouvrir dans le choix de la responsabilité infinie de tous et pour tous.
Le « vrai prophète » souffrant de la question de l’existence de Dieu : Fiodor Dostoïevski dans les écrits des penseurs religieux russes émigrés.
Par Natalia Pashkeeva
Une attention toute particulière fut accordée à la figure de l’écrivain et philosophe Fiodor Dostoïevski par les intellectuels émigrés ou expulsés de la Russie après l’Octobre 1917. La révolution et les persécutions de dissidents par le régime soviétique promouvant une idéologie matérialiste redynamisèrent la philosophie religieuse russe. Les penseurs émigrés de la génération aînée cherchaient à prouver la validité des valeurs qu’ils associaient à un « type spirituel » forgé au sein de l’orthodoxie russe. Leur attachement symbolique et affectif à l’héritage culturel de la « sainte Russie », la peur de sa dissolution complète renforcèrent la résistance aux influences occidentales. Ils s’efforcèrent de diffuser en Occident une nouvelle vision de la culture orthodoxe, indépendante de l’image négative de l’Église russe exercée à l’obéissance au pouvoir politique du Tsar. Ils insistèrent sur le besoin de distinguer la doctrine théologique orthodoxe obligatoire, constituée en système, et le « vrai » esprit de l’orthodoxie russe qui se nourrissait de « l’idéal de la sainteté » entendu comme un ensemble des valeurs formulé par opposition à l’Occident. À la religiosité « rationalisée » de type occidental, adaptée à la civilisation et propageant une discipline de vie, fut opposée une religiosité orthodoxe russe non-normative, axée sur la communion avec Dieu et sur le mystère de la vie divine inexprimable par la pensée rationnelle, aspirant à la vie éternelle et marqué par un esprit prophétique et par une liberté absolue de l’esprit. Ce « véritable » esprit orthodoxe, il fut reconstitué à travers l’atmosphère que le peuple russe respirait (le culte, les icônes, le startchestvo) et par laquelle étaient nourries les œuvres des écrivains et penseurs profanes pénétrées de l’idée religieuse. Selon les penseurs religieux émigrés, Fiodor Dostoïevski, porteur d’un sentiment très russe, avait démontré le destin tragique de la civilisation moderne qui, s’étant défaite du lien avec l’énergie divine, se trouva détachée des sources de la vie et renfermée en soi. Le rôle prophétique de Dostoïevski dans l’histoire du monde fut affirmé, comme si tout ce que la Russie vivait après 1917 avait été esquissé dans les écrits de cet écrivain-philosophe, penseur incompréhensible à l’esprit de l’Occident. La critique que les penseurs religieux émigrés adressaient à la civilisation « à l’européenne » comme ayant perdu le sens du mystère et le sentiment de sa dépendance de Dieu, était alimentée par des idées formulées par Dostoïevski. Le peuple russe qu’il avait décrit était un peuple élu parce que, ayant gardé la religion du Christ dans sa pureté primitive, il professait un christianisme anti-individualiste et intégrationniste, proclamant que tous soient unis ontologiquement et réfutant l’universalité par coercition extérieure.
Wittgenstein, Dostoievsky et le souterrain
Par Layla Raid
La philosophie du langage ordinaire de Wittgenstein a donné naissance à une nouvelle critique, l’Ordinary Language Criticism, où la littérature est interprétée comme une exploration conceptuelle des formes de la vie humaine. Nous lisons les Notes d’un souterrain de Dostoïevski à l’aune de cette critique, à partir d’un commentaire de Wittgenstein sur la connaissance de soi malheureuse qui caractérise l’homme du souterrain : affirmant qu’([aucune] description de lui-même ne peut résister devant l’attitude qu’il adopte face à elle), il lit les Notes comme une grammaire philosophique de la subjectivité et de ses troubles.

19 avril 2021

14 avril 2021

14 avril 2021

14 avril 2021

14 avril 2021

9 mars 2021
Autonomie en entreprise

1 mars 2021

21 janvier 2021

26 novembre 2020

26 novembre 2020
7èmes Journées de métaéthique

31 mars 2020
Cycle Travail, Histoire de la philosophie, Ergologie : conférence « Travail et entreprise » – Yves Schwartz

12 mars 2020

12 mars 2020
Séminaire Crisis Jeunes Chercheurs « Agentivité : Être et agir dans le monde. Interrogations à la croisée des savoirs » – Quatrième séance : Agentivité et Travail

4 mars 2020

2 mars 2020

20 février 2020

19 février 2020

10 février 2020

6 février 2020
Séminaire Crisis Jeunes Chercheurs « Agentivité : Être et agir dans le monde. Interrogations à la croisée des savoirs » – Troisième séance

5 février 2020

29 janvier 2020

29 janvier 2020

23 janvier 2020

23 janvier 2020
Séminaire Crisis Jeunes Chercheurs « Agentivité : Être et agir dans le monde. Interrogations à la croisée des savoirs » – Première séance

22 janvier 2020

22 janvier 2020

15 janvier 2020
Séminaire des doctorants – Maxime Kristanek : « Le continuisme en histoire de la philosophie ».

14 janvier 2020

13 décembre 2019

13 décembre 2019

11 décembre 2019

2 décembre 2019

28 novembre 2019

20 novembre 2019
Séminaire des doctorants – Florian Tomasi : « Nietzsche lecteur d’Epicure »

19 novembre 2019

7 novembre 2019

6 novembre 2019

23 octobre 2019

22 octobre 2019
Séminaire des doctorants – Michèle Balbas-Arnaud, « De l’influence de la nourriture sur les doctrines des philosophes dans la Grèce antique »

15 octobre 2019
Journées d’étude LA SOPHISTIQUE ET SES IMAGES

5 octobre 2019
Séminaire des doctorants – Gilda Derouet : “Des concepts de Pierre Bourdieu au paradigme de la domination symbolique »

17 septembre 2019
Séminaire des doctorants – Elisabeth Roche : « La réception de la République de Platon chez Marsile Ficin”

5 juin 2019

15 mai 2019

19 avril 2019
Séminaire des doctorants – Maureen Garzend : « La condamnation de Giordano Bruno »

12 avril 2019
Modes d’être, degrés d’être

10 avril 2019

10 avril 2019
Dostoïevski philosophe

5 avril 2019

4 avril 2019

3 avril 2019

27 mars 2019

14 mars 2019

13 mars 2019
Séminaire des doctorants – Christine Martin : « Approches de la recherche : conceptions, méthodologies »

1 mars 2019

27 février 2019

13 février 2019
Séminaire des doctorants – Maxime Kristanek : « Le nihilisme moral et ses implications motivationnelles ».

1 février 2019
Temps et mémoire

30 janvier 2019
Les vieux et les jeunes de Luigi Pirandello. Une image de la vieillesse comme impuissance politique.

23 janvier 2019

23 janvier 2019

9 janvier 2019
Gibson and Gestalt: (Re)Presentation, Processing, and Construction

17 décembre 2018

13 décembre 2018

12 décembre 2018

6 décembre 2018

5 décembre 2018

4 décembre 2018

4 décembre 2018

4 décembre 2018

29 novembre 2018

28 novembre 2018
Les Rêveries ou la transparence de l’âge

21 novembre 2018

13 novembre 2018
Séminaire des doctorants – Joy Elbaz

29 octobre 2018

24 octobre 2018

23 octobre 2018
X CONGRÈS DE LA INTERNATIONALE J.G. FICHTE-GESELLSCHAFT

4 octobre 2018
Séminaire des doctorants – réunion de rentrée

22 septembre 2018
Séminaire Salima Coolen, « Des théories de la tolérance à la philosophie de la laïcité : la citoyenneté de Bayle, Locke et Voltaire à l’épreuve des nouvelles théologies politiques ».

13 juin 2018
Séminaire Nadège Edwards, « Fatigue au travail et précarité : le poids de l’incertitude »

16 mai 2018

15 mai 2018

9 mai 2018
Implications cosmologiques de la question du vide : Aristote et Giordano Bruno

18 avril 2018

11 avril 2018

9 avril 2018

23 mars 2018
THE INTERNATIONAL PROTAGORAS NETWORK – WORKSHOP

19 mars 2018

19 mars 2018

14 mars 2018

13 mars 2018

21 février 2018

14 février 2018

30 janvier 2018

17 janvier 2018

19 décembre 2017

6 décembre 2017

5 décembre 2017

21 novembre 2017

25 octobre 2017

10 octobre 2017

26 septembre 2017
Journée d’études : Protagoras. Des antilogies au mythe et retour

1 septembre 2017

13 avril 2017

12 avril 2017

22 mars 2017

22 mars 2017

21 mars 2017

8 mars 2017

1 mars 2017

18 janvier 2017

18 janvier 2017

14 décembre 2016

7 décembre 2016

30 novembre 2016

17 novembre 2016

17 novembre 2016

16 novembre 2016

19 octobre 2016

18 octobre 2016

1 octobre 2016

15 juin 2016

10 mai 2016

10 mai 2016

27 avril 2016

21 avril 2016

23 mars 2016

9 mars 2016

10 février 2016

16 décembre 2015

16 décembre 2015

18 novembre 2015

11 octobre 2015

10 octobre 2015
La vérité : Platon et les sophistes, IIIe colloque international de la Section Méditerranéenne de l’International Plato Society

9 octobre 2015

8 septembre 2015
Fichte et l’ontologie

4 juin 2015

8 avril 2015

18 mars 2015

11 mars 2015

18 février 2015

4 février 2015

10 décembre 2014

26 novembre 2014

19 novembre 2014

22 octobre 2014

16 octobre 2014

16 octobre 2014

31 mai 2014

2 avril 2014

19 mars 2014

14 mars 2014

12 février 2014

11 décembre 2013

7 décembre 2013

30 novembre 2013

20 novembre 2013

23 octobre 2013

7 juin 2013

3 avril 2013

29 mars 2013

13 mars 2013

6 février 2013

18 décembre 2012

12 décembre 2012

21 novembre 2012

17 octobre 2012

4 juin 2012

11 mai 2012

10 mai 2012

11 avril 2012

7 mars 2012

1 février 2012

15 décembre 2011

30 novembre 2011

12 octobre 2011

13 avril 2011

16 mars 2011

23 février 2011

26 janvier 2011