Maureen Garzend

Pôle: 
Histoire de la philosophie ancienne
Grade: 
Doctorant
Statut du bureau: 
Doctorant(e)
Unités de recherche: 
Histoire de l'ontologie et métaphysique
Vérité et langage
Année de première inscription: 
2017.00
Nom de la thèse: 
Héritage et fortune de la philosophie ancienne dans l'oeuvre de Giordano Bruno.
Sujet de la thèse: 

Cette thèse se propose d’étudier l’héritage et la fortune de la philosophie ancienne dans l’œuvre de Giordano Bruno. Si Giordano Bruno en s’opposant à la théologie de son époque apparaît comme un pionnier en matière scientifique, notamment pour ce qui concerne la question de l’infini de l’univers, il n’en reste pas moins que, homme de la Renaissance, il est pétri de philosophie ancienne, pris dans les controverses entre philosophies platoniciennes et aristotéliciennes qui animaient les débats philosophiques de l’époque et qu’il hérite à n’en pas douter des doctrines épicuriennes qu’il connaissait. En s’inscrivant dans cette période charnière de l’histoire de la philosophie qu’est la Renaissance son œuvre manifeste également un intérêt particulier pour les problématiques de l’époque telles qu’elles sont véhiculées par l’hermétisme et la magie. L’œuvre de Giordano Bruno va donc se trouver à la croisée de deux mondes et repensant la philosophie ancienne il la renouvelle grâce à ses analyses et à ses interprétations en ouvrant la voie à de nouveaux questionnements à partir de la réception de la philosophie ancienne.

La thèse, tout en prenant en compte la diversité des domaines et des intérêts de Giordano Bruno, s’attachera plus particulièrement à son apport d’une part en matière de cosmologie, d’autre part relativement à la théorie de la connaissance. La question des causes y occupera une place importante notamment dans la perspective du rapport que cette question entretient chez Bruno avec les philosophies aristotélicienne, platonicienne et épicurienne. Pour ce qui est de la théorie de la connaissance, la question des sens et de la sensation occupera également une place importante et sera étudiée au regard d’une part de la démonstration et d’autre part de la connaissance expérimentale. Le thème classique de la capacité de l’opinion de permettre d’atteindre la vérité ne manquera pas également d’être étudié. Mais l’innovation brunienne principale se trouve dans son art de la mémoire au sein duquel l’organisation visuelle de la pensée peut favoriser le développement de la science et de la connaissance. Les images permettent alors d’accéder aux phénomènes et deviennent la structure logique de support à la recherche scientifique. C’est donc aussi par rapport aux pratiques des doctrines hermétiques et magiques qui fleurissent à cette époque qu’il conviendra d’analyser les apports et les innovations de Giordano Bruno. 

La thèse se propose donc d’étudier de manière systématique l’influence des pensées et doctrines des penseurs anciens telles que pouvait les connaître Giordano Bruno et de mesurer leur impact sur sa propre philosophie en mettant en lumière les inflexions qu’il leur fait subir et les conséquences qui peuvent en être tirées. L’œuvre de Giordano Bruno est particulièrement complexe, et s’il apparaît comme un tournant dans l’histoire de la philosophie et marque une ouverture vers un nouveau mode de penser, il est essentiel de montrer quelle est la fortune de la philosophie ancienne dans sa philosophie au regard du rôle que son œuvre joue au sein de l’histoire de la pensée et de la philosophie.

Sous la direction de (IHP): 
Alonso Tordesillas
Points forts relevant des missions autres que la recherche: 

Responsable du séminaire des doctorants de l'IHP en 2017-2018.

Maureen
Garzend